Vous êtes ici

Mise en oeuvre de bim to field

chez Lonza, à Viège

Dans leur bioparc IbexTM Solutions de Viège, Lonza et la société Sanofi réalisent une installation commune de biotechnologie. À partir de 2020, le site doit servir à la prodution de cultures de cellules de mammifères.

Gruner se charge des structures, de la planification des travaux, ainsi que des questions de protection incendie, de physique du bâtiment et d’acoustique.

Responsable de la direction des travaux sur site, Gruner est présent sur place avec une équipe de trois maîtres d’oeuvre. Des outils numériques sont employés à tous les niveaux, par exemple l’application «BIM to field» dans le cadre de la réalisation du bâtiment. L’application permet notamment d’administrer le journal de chantier quotidien, les check-listes des réceptions sur site, ainsi que la gestion centrale des tâches, des points en suspens et des défauts, qui peuvent être repérés par des épingles sur les plans enregistrés pour une meilleure visibilité.

Jörg Tegge, le chef d’équipe de Gruner, dresse un premier bilan positif : «La collaboration au sein de l’équipe de planification, notamment avec le planificateur général, est devenue plus simple – c’est indéniable.» L’équipe apprécie tout particulièrement que des plans à jour soient toujours accessibles sur le chantier et disponibles sur les tablettes pour les contrôles et les réceptions, notamment dans le cas de projets complexes de type «fast track» impliquant des changements de planification.

 

L’intégration programmée des entreprises exécutantes dans l’outil va fortement contribuer à simplifier et à automatiser encore davantage la communication entre les acteurs du projet, tout en garantissant une exploitation optimale de l’outil. 

Une plate-forme ProjectWise est venue se greffer sur le logiciel Revit Structure, qui soutient la modélisation numérique dans le cadre de la planification de la structure porteuse. Contrairement à ce qui se fait d’habitude, le modèle n’est pas géré «au niveau local» sous forme de copie de travail d’un modèle central enregistré en interne, puis envoyé périodiquement à des fins de contrôle (p. ex. par e-mail).

Désormais, la synchronisation du modèle de travail local a lieu directement «en ligne» sur une plate-forme centrale (avec copie de sécurité locale). Cela permet à tous les intervenants d’accéder, à tout moment et en tout lieu, à la version actuelle du modèle de structure porteuse du planificateur. Le manager BIM ou le responsable du modèle global vérifie régulièrement le modèle de structure porteuse afin de déceler la présence de conflits éventuels avec les modèles d’autres planificateurs techniques.

Le cas échéant, cette comparaison peut avoir lieu à tout moment, sans échange de données supplémentaire. Les conflits éventuels font l’objet de réunions d’analyse à l’issue de la vérification du manager BIM. À l’instar du «BIM to field», cette procédure est bien accueillie. Sven Brand, chef de projet senior chez Gruner, souligne avant tout les défis spécifiques liés à ce projet «fast track», caractérisé par de nombreuses adaptations de la planification à court terme, le tout avec des délais de planification et de construction très serrés. Ces défis spécifiques exigeaient de nouvelles solutions: «Les procédures habituelles s’étant avérées inefficaces, il a fallu innover. La volonté et la capacité des intervenants ont été déterminantes, non seulement pour emprunter de nouvelles voies ensemble, mais aussi pour œuvrer très tôt à l’élaboration d’un modèle qui favorise la gestion de projet commune.»

Pour en savoir plus sur BIM to field, consultez le blog "BIM to field in practice".

Contribution de Jörg Tegge, planification générale, et Sven Brand, conception structurelle, tous deux de Gruner AG.